Voir & Dire : un réseau de personnes curieuses de l’art contemporain, un dispositif d’accueil des artistes et de leurs œuvres à Saint-Merry, église du centre de Paris, un lieu d’expositions et de débats, un site internet de formation et de découvertes...


Accueil > Artistes invités > Artistes présentés antérieurement > Anne Gratadour. Moisson


Anne Gratadour. Moisson



Une exposition XXL à Saint-Merry : un immense tableau de 12 m qui tire son origine d’un texte d’évangile mais qui peut être abordé autrement. À voir du 4 juin au 6 juillet 2015.

Après « Résurrection » en 2014, Anne Gratadour revient à Saint-Merry pour une nouvelle exposition XXL. Non plus 6 tableaux + 1, mais une seule toile monumentale de 12 m sur 4. « Moisson » a poussé à la croisée du transept, l’évangile de Matthieu est sa terre.

« Cette nouvelle peinture s’inscrit dans la continuité du « Chemin de croix » puis de « Résurrection ». Elle prend place dans le cycle des saisons : l’hiver avec le chemin de croix (du carême à Pâques, la souffrance de l’abandon originel, nous sommes seuls face à la mort), le printemps avec la résurrection (la prise de conscience de l’individuation, se donner naissance à soi-même), l’été pour la moisson (la récolte de la semence qui révèle notre dualité et nous contraint à faire le tri), puis viendra peut-être l’automne avec les vendanges… », commente l’artiste.

Une analyse formelle
« Moisson » jaillit du sol tel un épi de blé, la verticalité accentue le dynamisme et la joie qui émanent de l’œuvre. Le bas de la toile est rouge brique, couleur d’une terre cuite ; le haut est d’un bleu profond, tel un ciel qui se prépare à une nuit étoilée d’été. Entre les deux, de grandes traces de pinceaux larges, outils privilégiés de l’artiste, de toutes les nuances de jaune et d’orange.

Il fallait un lieu pour réaliser cette œuvre, une grange immense. Il fallait un lieu qui lui soit temporairement dédié, ce fut Saint-Merry qui avait déjà accueilli « Résurrection ».

Formellement, cette œuvre est dans le sillage composite de Manessier -une abstraction spirituelle-, et du All-over américain qui déborde de couleurs et pour lequel la toile n’est qu’un découpage d’un espace bien plus large, voire infini. Elle se nourrit de toute une culture de la couleur, de l’impressionnisme –la touche ordonnée du pinceau- au colorfield painting américain -où l’énergie de l’artiste permet à la couleur de prendre toute la place- en passant par Matisse -les grandes taches dans le haut bleu-. Comme ces grands maîtres, Anne Gratadour ne représente pas mais construit avant tout un paysage mental et spirituel. Si l’on regarde la toile par l’envers, apparaît dans une transparence diaphane la trame du tissu couverte des traces des larges pinceaux, sans la peinture mate de la caséine ; le recto coloré n’est pas dissociable du verso gardant la mémoire du geste.

Une analyse des références
Sur le fond, la toile est une méditation du texte de Mathieu 13 ; 24-30

Le texte (déplier pour lire)

Le royaume des cieux est comparable à un homme qui a semé la bonne semence dans son champ.
Or pendant que les siens dorment, son ennemi vient semer de la mauvaise herbe au milieu du blé et s’en va. Quand le blé a poussé et qu’il est devenu épi, la mauvaise herbe apparaît elle-aussi.
Les serviteurs vont le trouver. » Maître, dans ton champ, n’est-ce pas la bonne semence que tu as semée ? D’où vient donc la mauvaise herbe ? Veux-tu que nous allions la ramasser ?
– Non, laissez les pousser ensemble jusqu’à la moisson. À ce moment-là je dirai aux moissonneurs : ramassez la mauvaise herbe, liez-la pour la brûler, puis recueillez le blé dans mon grenier. »

Tous les rubans de couleurs sont intriqués les uns dans les autres, tels les épis et les mauvaises herbes, mais aucune couleur ne les différencie aux yeux du spectateur. Seul un autre regard le fera, dit le texte évangélique. Dans la toile d’Anne Gratadour, il n’y a pas de grenier mais un ciel, bien présent ; un haut, un bas et entre les deux une humanité grouillante. Si l’on examine de très près ce travail -Rothko disait qu’il fallait voir ses tableaux à 75 cm de distance, probablement pour inviter à y entrer -, on peut lire bien des formes que l’on retrouve dans « Résurrection ». Il s’agit de la même dynamique, une sorte de mystère de l’acte créateur.

L’œuvre faite pour l’espace de Saint-Merry trouve sa force dans la mise en scène imaginée par l’artiste dès la conception : partir du plus près du sol pour arriver au plus haut dans les voûtes. Anne Gratadour exerce en effet une activité principale de scénographe.
Jean Deuzèmes

Si vous souhaitez recevoir la lettre mensuelle de Voir et Dire et ses articles ou dossiers de commentaires d’expositions, abonnez-vous >>>
Merci de la faire connaître dans vos réseaux.

Un message, un commentaire ?


modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?





Votre message





Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.