Voir & Dire : un réseau de personnes curieuses de l’art contemporain, un dispositif d’accueil des artistes et de leurs œuvres à Saint-Merry, église du centre de Paris, un lieu d’expositions et de débats, un site internet de formation et de découvertes...


Accueil > Artistes invités > Artistes présentés antérieurement > Appel à projets artistiques 2017


Appel à projets artistiques 2017



Proposer une ou des œuvres visuelles à l’exposition dans l’église Saint-Merry en 2017

La programmation des évènements de l’église Saint-Merry est élaborée à partir des réponses aux appels à projets ouverts à des artistes connaissant cet espace patrimonial particulier ou la communauté qui l’anime et souhaitent présenter une ou plusieurs œuvres.
Le Collège des arts visuels, instance de décision spécifique, fait ses choix en fonction des grands évènements et des perspectives du Centre Pastoral Saint-Merry (CPSM).

Exposer des œuvres marquantes au sein de cette église située face au centre Georges Pompidou est une opportunité offerte aux artistes conformément au projet pastoral plus général. Le dialogue entre les artistes et des membres du CPSM est une dimension essentielle aux expositions.

L’appel à projets artistiques est clos.
(Dead line : le 12 janvier 2017.)
Voir résultats

Les artistes candidats trouveront dans le portfolio tous les éléments nécessaires pour apprécier les espaces d’installation disponibles.

Description des procédures destinées aux candidats souhaitant exposer à Saint-Merry.

La prochaine réunion de choix permettant de construire la programmation 2017 ayant lieu dans la deuxième quinzaine de janvier, les dossiers doivent être transmis avant le 12 janvier 2017.

Les candidats sont invités à présenter leur projet sous la forme d’un dossier concis en un seul .pdf de faible poids (<5M) comprenant :
-  un court texte (une seule page) sur le projet et l’intention de l’artiste
-  l’œuvre ou les œuvres, la localisation et éventuellement une simulation de l’insertion dans l’église (trois pages au plus)
-  une courte biographie.
Les artistes ne doivent pas simplement renvoyer à leur site mais présenter une ou plusieurs œuvres spécifiques déjà réalisées ou encore un projet suffisamment avancé.

Saint-Merry accueille tout autant des jeunes artistes qui ne sont pas liés à des galeries que des artistes plus confirmés. La qualité, la pertinence, le sens et l’originalité des œuvres priment. Le champ est très large et dépasse le champ strict du religieux, mais doit être en résonance avec le lieu et l’esprit de ce qui s’y joue (spirituel, social, politique, innovation, etc.). Le Texte d’Orientation Pastorale élaboré en 2016 et notamment l’article portant sur l’art traduit les objectifs du CPSM peuvent être utiles aux candidats.

Les médiums acceptés sont très divers et doivent être pensés en fonction de la grande dimension du bâtiment. Un plan sur les données capacitaires d’exposition a été élaboré pour guider les candidats.
Des photos des expositions passées (diaporama ci-dessous ou pdf dans leportfolio) illustrent les possibilités et contraintes. Néanmoins pour ceux qui connaissent déjà l’église, il faut signaler des changements qui ont eu lieu en 2016 :
-  Le claustra a été transformé de manière temporaire en espace d’oraison où le vide domine ; il ne peut accueillir que des œuvres à forte intensité spirituelle et de facture compatible avec l’usage de ce lieu.
-  Deux tableaux en restauration laissent des espaces vides ne pouvant être occupés que par des œuvres tenant compte de l’environnement de chefs d’œuvre de l’église.

Les deux diaporamas sur les sept dernières années d’expositions et sur les Nuits Blanches attestent la diversité et de l’ouverture aux différentes expressions artistiques. Les rubriques de Voir et Dire et les commentaires des œuvres sont d’autres pièces utiles.

Les œuvres

Les expositions sont de trois types :
-  Le « temps ordinaire » : les expositions sont programmées pour une durée de trois semaines. Elles peuvent être individuelles, collectives, thématiques. Le Collège des arts visuels décide du type d’exposition au vu des projets reçus et peut proposer à plusieurs artistes de faire une exposition collective qui les valorise les uns les autres.
-  L’exposition d’été : elle dure du 10 juillet au 30 août et s’adresse à un public plus touristique
-  La Nuit Blanche est un événement majeur bénéficiant de subventions spécifiques, quoique très limitées, et de la participation de la Ville. Elle reçoit l’aide au montage de membres de la communauté. Il s’agit d’un moment très fort pour Saint-Merry, mêlant visuel, son, émotion et réflexion. Généralement, il est fait un appel à projets complémentaire quand la Ville a défini le thème et le parcours.

Saint-Merry a des moyens très réduits. Les expositions doivent s’autofinancer. Il appartient à chaque artiste de s’en assurer et de préciser les conditions matérielles et financières du montage. Saint-Merry n’apporte que des conseils et du matériel déjà disponible.
Quand l’artiste est choisi, il se voit proposer une convention.

Le Collège des arts visuels est composé de neuf personnes (artistes, personnes qualifiées à discuter les choix, représentants de la communauté). Le secrétariat est assuré par Voir et Dire. Le Collège est souverain et propose les formes d’exposition : solo, collectif. Il n’est pas prévu de rencontrer les candidats avant le dépôt des réponses. Dans la mesure où un important événement est prévu du 9 avril au 19 mai (Exposition Maxim Kantor) et que d’autres projets sont en préparation, le nombre d’expositions envisagées est plus réduit qu’en 2016.

La réunion de janvier fixera la programmation du premier trimestre.
Les artistes souhaitant exposer l’été peuvent le mentionner.
Les décisions du Collège sont ensuite transmises à chacun des candidats.

Voir et Dire, le groupe responsable des expositions d’art contemporain dans cette église accueille les projets, discute avec les artistes choisis.

Les dossiers doivent être transmis à voiretdire.net@gmail.com


Jean Deuzèmes

Sept années d’expositions à Saint-Merry (2009-2016) from Voir & Dire on Vimeo.

Il est possible de relire ces expositions aujourd’hui selon huit grands chapitres, par définition titrés a posteriori. Déplier le dossier

-  Face au baroque.
L’architecture de l’église marquée par les débats stylistiques successifs du XVIe au XIXe attire le regard des artistes contemporains qui veulent faire dialoguer leur œuvre avec ce cadre. La partie baroque, l’étrange chapelle de communion, cristallise des œuvres ou leur mise en scène.
- Jeux, tu, nous.
L’art contemporain cherche à impliquer le visiteur par son regard mais aussi par des gestes. Des œuvres se sont voulues interrogatives et ludiques, ce qui est étrange pour une église, mais qui peut être lu comme une manifestation de liberté et un désir de porter attention aux visiteurs.
- Je m’engage, ils s’engagent.
Les artistes ne cessent de s’engager dans leur art, la qualité de leurs œuvres dépend de leurs convictions de créateur. Mais cette dimension humaine trouve parfois une ampleur spécifique dans le champ politique ou artistique quand il s’agit de mettre tous leurs talents au service d’une cause collective. Par tradition de ses propres engagements sociaux et ecclésiaux, le Centre pastoral ne pouvait pas être indifférent à ces propositions.
-  Imaginaires.
L’imaginaire est le terreau de la production artistique, il ne peut être que multiple. L’église s’en fait l’écho et suscite même l’imaginaire des artistes. Jusqu’au scandale ? Mais au XXIe, une Chim’air gonflée à l’air n’est-elle pas simplement le pendant de ces monstres sculptés dans la frise de la nef au XVIe ?
- L’Autre.
C’est la question centrale posée par cette communauté du Centre pastoral Qui est cet autre sur lequel se pose le regard, celui de l’artiste et le nôtre ?
- Une existence commune.
Ce qui est commun à tous les visiteurs, c’est la vie humaine traversée par les deuils, les naissances, les amours.
- Un réalisme transcendantal.
Dans la peinture de Hopper, la lumière joue un rôle aussi important que le dessin. Ce qui est alors représenté n’est pas ce que l’œil peut apercevoir dans un premier moment. La lumière introduit le sens d’une autre réalité, elle peut inviter à cette autre réalité.
- Aux racines du croire.
Cette composante anthropologique essentielle trouve au Centre pastoral sa place autrement que dans des expressions convenues relevant de l’art sacré ou religieux. Un nombre croissant d’artistes s’y est essayé.

Diaporama sur les Nuits Blanches >>>

Retour page d’accueil et derniers articles parus >>>

Recevoir la lettre mensuelle de Voir et Dire ses prochains appels à projets, ses articles ou dossiers de commentaires d’expositions, abonnez-vous >>>
Merci de faire connaître ce site dans vos réseaux.

Un message, un commentaire ?


modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?





Votre message





Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.