Voir & Dire : un réseau de personnes curieuses de l’art contemporain, un dispositif d’accueil des artistes et de leurs œuvres à Saint-Merry, église du centre de Paris, un lieu d’expositions et de débats, un site internet de formation et de découvertes...


Accueil > Regarder > V&D décrypte des œuvres et des expos > Claire Tabouret. Les Débutantes


Claire Tabouret. Les Débutantes



Une étoile filante de la peinture française. Ses tableaux de groupes explorent la fragilité des femmes et des hommes, leur place en société. Après les immigrés, le milieu mondain. Une expérience forte pour le spectateur. Galerie Bugada & Cargnel, < 7 février 2015.

Claire Tabouret, 34 ans, suscite les louanges de la critique car son œuvre fascine. Le sujet de ses tableaux intitulés « Les Débutantes » est double : le regard, celui des personnages de chaque tableau mais aussi celui du spectateur qui, ici, est confronté à huit très grands formats semblant le dévisager ; la fragilité intrinsèque des êtres quand ils passent un rite avec l’obligation de respecter les codes de leur milieu social.
Claire Tabouret est une nomade qui, dans ses résidences d’artistes ou dans les pays qu’elle visite, s’intéresse à des groupes humains situés aux frontières de mondes normés, territoriaux ou sociaux.

Elle traite ainsi du monde globalisé et traversé par les inégalités en donnant à voir ces enjeux de frontières, celui des immigrants qui cherchent à traverser la méditerranée, mais aussi, à l’autre bout du spectre, celui des débutantes d’un grand bal des milieux mondains qui doivent passer leur première « épreuve ». Les premiers veulent vivre dignement, les secondes recherchent un mari de leur rang ! Dans le cadre de l’exposition, l’artiste ne présente que les héritières. En 2010, elle avait peint des migrants fantomatiques dans la série « Iles ».

Claire Tabouret est un phénomène de la jeune peinture française qui a glané rapidement de nombreux succès en se frottant plus grands artistes contemporains comme au Palais Grassi de Venise, en 2014. Mais elle prend en permanence des risques comme celui de quitter, cette année, la France et Paris alors qu’elle pouvait y faire carrière, pour aller à Los Angeles, sans attache. Elle rejoue la quête des anciens pionniers américains, « Go West », elle revit l’expérience des personnages mêmes qu’elle a mis en peinture : la confrontation de chacun à des frontières.

Le galiériste Frédéric BUGADA analyse avec justesse cette splendide exposition.

Pour sa première exposition personnelle à la galerie Bugada & Cargnel, intitulée Les Débutantes, Claire Tabouret (née en 1981 à Pertuis, vit et travaille à Paris) présente un ensemble de neuf toiles de même grand format, librement inspiré par le Bal des débutantes, événement mondain annuel qui se tient à Paris et où de jeunes héritières de l’aristocratie française et de la jet set internationale font leur entrée dans le monde.

Les œuvres ont pour modèle les photographies de groupe officielles de différentes éditions du Bal, dont l’artiste s’affranchit toutefois radicalement, elle qui ne peint pas d’après photographie, mais justement pour pallier ce qu’elle perçoit comme un manque, une absence dans la photographie. Sur chaque toile, un groupe de personnages féminins, d’âge variable et souvent indéterminé – entre l’enfance, l’adolescence et l’entrée dans l’âge adulte – prend la pose, dans des robes de gala stylisées.
Ces tenues de soirée sont généralement de couleur unie sur chaque œuvre, et s’entremêlent de sorte que l’on ne sait plus où s’arrête la robe de l’une et où commence celle de l’autre. Cet enchevêtrement figure le lien social qui unit les jeunes femmes, dont on ne pourrait dire si elles le subissent ou si elles en tirent parti, et si elles sauront ou non un jour s’en affranchir ; en somme, si elles seront prisonnières ou maîtresses de leur destin.
En effet, si le Bal des débutantes est le point de départ de cet ensemble, il est surtout prétexte pour Claire Tabouret à continuer à explorer des thèmes qui traversent ses dernières séries, comme par exemple la place de l’individu au sein du groupe et sa capacité à s’en extraire, ou le destin et de sa prédétermination. Ici s’y ajoutent notamment des questionnements liés à un rite social d’entrée dans l’âge adulte. Bien que les jeunes femmes tendent à se ressembler par leurs traits et leurs atours, elles sont toutes singulières, chacune tentant de résister et de s’extraire du groupe.

À travers ses portraits de groupe, il s’agit pour l’artiste d’imaginer les liens que les personnes présentes sur les photographies d’origine ont entre elles, de les rendre visibles, par les cheveux ou les tissus. Les habits semblent juste posés sur les épaules des personnages, et entrent en conflit avec leur propre individualité, que trahissent leurs regards. Ici les robes et draperies s’inspirent du travail de Gaëtan Gatian de Clérambault, figure de la neuropsychiatrie et professeur de Lacan, qui avait conçu pour le motif du drapé une passion si obsessionnelle qu’elle finit par lui coûter sa carrière.

Dans ce nouvel ensemble, si l’inspiration et l’intensité sont restées les mêmes, le geste de l’artiste a pris de l’ampleur, et tend parfois vers l’abstraction. Surtout, sa palette s’est largement ouverte : le fond de chaque toile est peint dans une couleur acrylique fluo, ensuite assombrie par la superposition de multiples strates plus foncées. Cette première couche donne au tableau sa lumière, comme éclairé de l’intérieur. Visible sur la tranche de la toile, la couleur initiale forme un halo qui déborde sur le mur. On a le sentiment d’être baigné dans une lumière colorée et mentale, électrique mais presque sourde, indéfinissable.

Le spectateur se trouve ainsi plongé au milieu de dizaines de regards braqués sur lui, le confrontant à une forme de saturation visuelle, de vertige. L’artiste rejoue ainsi, plus ou moins consciemment, son rapport primitif à la peinture, quand une visite au Musée de l’Orangerie et une immersion picturale dans les Nymphéas de Claude Monet décida de sa vocation de peintre à l’âge précoce de quatre ans. Dans ces nouvelles toiles se retrouve ainsi le thème du liquide et du mouvant, qui traverse toute son œuvre. Cerné par ces toiles monumentales, le regard glisse dans le pli d’un drapé, et passe d’une robe à une chevelure, à une tenture, d’une toile à l’autre, où chacun se projettera différemment : ici le thème du masque, là des cariatides, là encore des écorchées sorties d’une planche anatomique.

Frédéric BUGADA.

JD de V&D

Si vous souhaitez recevoir la lettre mensuelle de Voir et Dire et ses articles ou dossiers de commentaires d’expositions, abonnez-vous >>>
Merci de faire connaître ce site dans vos réseaux.


Galerie BUGADA & CARGNEL
7-9, rue de l’Équerre – F75019 Paris
Exposition jusqu’au 7 février 2015

Un message, un commentaire ?


modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?





Votre message





Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.