Voir & Dire : un réseau de personnes curieuses de l’art contemporain, un dispositif d’accueil des artistes et de leurs œuvres à Saint-Merry, église du centre de Paris, un lieu d’expositions et de débats, un site internet de formation et de découvertes...


Accueil > Artistes invités > Artistes présentés antérieurement > Élodie Boutry et Pascal Pesez. "I love the way you drive your (...)


Élodie Boutry et Pascal Pesez. "I love the way you drive your corner".



Une œuvre unique de grande ampleur, hybride entre sculpture, peinture et installation. Conçue à quatre mains pour une église, elle vibre à la lumière dans la chapelle baroque de Saint-Merry. Jusqu’au 7 décembre.

Suivant chacun leur parcours artistique, Elodie Boutry et Pascal Pesez ont été amené à concevoir des œuvres pour des chapelles ou des églises. Les formes d’art qui s’y déploient rencontrent leurs propres pratiques et peuvent nourrir leur inspiration.

Avec des couleurs éclatantes, Élodie Boutry conçoit des formes géométriques d’apparence structurée (grille, lignes, carreaux, etc.) qu’elle rompt ou corrompt afin de confronter deux arts : la peinture et l’architecture. Pascal Pesez affirme la primauté du geste de l’artiste et oscille entre des formes organiques ou vitales et des paysages, mêlant abstraction et informel.

En conjuguant leurs manières d’habiter les espaces, ils proposent, ici, un objet architecturé et peint sans usage fonctionnel particulier, mais qui questionne les formes d’autres mobiliers profanes ou religieux (paravent, confessionnal, retable, chaire, escalier) dont on a perdu l’usage.

Produite à quatre mains, comme on le dit d’une œuvre de piano avec croisement des sensibilités, cette œuvre est cependant d’une grande cohérence.

Avec ses formes décrochées multipliant les angles, les retraits et les creux, cette œuvre singulière entretient le trouble sur son statut plastique et bouscule les références : est-ce une peinture, une sculpture ou bien encore un objet provoquant le regard selon la diversité des points de vue.Une sorte d’OVNI ? Une très grande œuvre certainement (2,4 x 4,25 x 1,05 m), en acrylique, huile, crayon de couleur et mine de plomb sur bois.

À voir du 14 novembre au 7 décembre 2014.

Le titre : "I love the way you drive your corner" fait écho à une chanson de Lou Reed , représentant de la scène musicale underground new yorkaise des années 80 et 90, que les artistes aimaient écouter lors de la fabrication de l’œuvre et souligne la composition angulaire propre à cette œuvre. C’est sans nul doute plus humoristique que « Untitled » ou « Sans titre », autre titre qui se serait justifié.

Faite en bois, l’œuvre est issue d’un agencement initial en carton plié et découpé, un matériau pauvre, et fait référence aux polyptyques de Pascal Pesez et aux peintures murales de Élodie Boutry.

Les facettes multiples créées sont devenues autant de surfaces propices aux gestes de peinture et de dessins (bleu ciel et blanc) déconnectés des formes, proposant une élévation du regard par l’orientation des lignes. Le recto serait ainsi peinture, légère, géométrique et intrigante, tandis que le verso apparemment blanc, mais en fait tout de teintes dominées par un rose subtil, n’est que forme architecturée, avec ses pleins et ses découpes, mais créant de loin l’illusion d’une surface plate.

Très savamment construit, "I love the way you drive your corner" tient de la sculpture, puisqu’il faut en faire le tour de cet objet plastique pour tenter de l’appréhender. Il intrigue et oblige le spectateur à le considérer tel qu’il est ; non pas à le dévisager mais à l’envisager comme forme d’art, autre, dialoguant avec les piliers des bas-côtés dans une lumière d’automne qu’elle ravive ou encore la nuit. Une invitation contemporaine à la contemplation ?

Hybride et autonome, et refusant toute dimension illustrative ou allusive, cette œuvre est à l’image de toute une partie contemporaine collaborative de l’art qui s’affirme, y compris dans les églises, et cherche à dialoguer avec ces bâtiments.

« Ces deux écritures graphiques, bien que distinctes, ont ceci en commun qu’elles se déploient toutes les deux dans l’espace, qu’elles l’appréhendent avec gourmandise, avec un certain souci de la chorégraphie.
Cette danse joyeuse se poursuit bien au-delà des coins, s’interrompt dans les angles pour mieux rebondir et ouvre ainsi une brèche dans le champ cloisonné de l’art contemporain. » Élodie Boutry et Pascale Pesez

Cette forme est simplement belle. Elle a été conçue en 2012 pour la Chapelle du collège des Jésuites d’Eu.

V&D

http://www.elodieboutry.blogspot.com et http://www.pascalpesez.net