Voir & Dire : un réseau de personnes curieuses de l’art contemporain, un dispositif d’accueil des artistes et de leurs œuvres à Saint-Merry, église du centre de Paris, un lieu d’expositions et de débats, un site internet de formation et de découvertes...


Accueil > Cousins et amis > Galerie Saint Séverin > Julien Salaud. La Rosée du crépuscule.


Julien Salaud. La Rosée du crépuscule.



Une exposition onirique, entre chamanisme et christianisme, qui s’est achevée le 17 juin 2012, Galerie Saint Séverin

Julien Salaud est un jeune artiste qui « monte ». Il s’est vu confier une salle entière au nouveau Palais de Tokyo, une splendeur.

Pour le temps de Pâques, il a produit une œuvre étonnante par sa préciosité. Basée sur la convergence de plusieurs registres d’inspiration, elle se donne à voir comme une libre interprétation symbolique du mystère chrétien.

L’œuvre et ses références

La vitrine de la Galerie Saint Séverin accueille des « pièges à rêves » formés de cadres à broder en osier, au centre desquels se trouvent un papillon (comme dans les vanités) et des perles chatoyantes comme des étoiles.
En dessous, un faon empaillé, planté de clous qui dessinent la constellation du faon et supportent de grandes chaînes de perles, comme si la bête était prise dans un filet, avant d’aller au sacrifice : une interprétation de l’image sacrificielle de l’agneau pascal.

La complexité de l’univers de l’artiste renvoie à la fois au chamanisme et au christianisme , et fait référence à la voûte céleste, cet espace fascinant et qui a sous-tendu bien des discours sur le sacré. L’artiste puise ainsi dans la force symbolique des éléments naturels qui appartiennent aux règnes animal, végétal, minéral. Il traduit formellement ses associations mentales en combinaisons d’objets, qui a leur tour amplifient ses intuitions.

Voici comment l’artiste parle de son univers de formes :

Mes œuvres découlent d’un travail sur les grottes de Lascaux et d’une étude de Chantal Jègues-Wolkiewiez, une anthropologue assez critiquée. Elle met en évidence que, dans la salle des Taureaux de la grotte de Lascaux, où le soleil entre lors du solstice d’été, la place de chaque peinture zoomorphe correspond à celle d’une étoile sur la carte de la voûte céleste. Elle en conclut donc que les Solutréens devaient y tenir un culte solaire. Mon travail sur les animaux-constellations s’inspire de ces théories. Les clous plantés dans le corps de ces animaux empaillés et les fils et broderies qui les relient viennent amplifier le volume du corps et la frontière de la peau devient poreuse.

[…]

Je me suis mis à travailler sur des insectes, en tentant d’associer le sauvage (en référence à mon expérience en Guyane) au domestique (en référence à ma vie en métropole). D’une part grâce à des assemblages entre des corps d’insectes et des ailes (de papillons, d’oiseaux…), d’autre part grâce à des ornementations (objets artisanaux des peuples amérindiens, parures de carnaval ou ornements médiévaux). Deux pratiques que j’ai ensuite réunies pour amplifier la force de l’imaginaire.

[…]

Ce qui m’intéresse dans la religion, notamment dans le chamanisme ou l’animisme, c’est toute la capacité qu’a le divin à se manifester dans les esprits animaux.

Interprétation de l’étrange

"La rRsée du crépuscule" est la rencontre des mondes diurnes et nocturnes. Elle évoque la fin et le renouveau, dans un espace d’exposition justement ouvert jour et nuit. À l’occasion de son exposition à la Galerie Saint-Séverin, le jeune artiste français Julien Salaud propose deux œuvres inédites, images du ciel et de la terre, mettant en valeur le rôle de l’animal dans nos cultures.
Au sol, la « Constellation du faon » représente un faon allongé, paré d’un entrelacs de perles. Une métaphore de l’Agnus Dei, victime sacrificielle destinée à expier les péchés du monde. Du plafond, apparaît un ensemble de « Pièges à rêves » à base de papillons : à la fois rempart contre les cauchemars et évocation de l’âme débarrassée de son enveloppe charnelle, devenue bienfaitrice et bienheureuse.

Ces deux animaux sont également des figures récurrentes dans les natures mortes et ancrent la pratique de l’artiste dans une histoire de l’art séculaire. Son travail touche, entre autres, à l’ornementation, la broderie, le travail des perles ou encore l’enluminure : des activités rares dans la scène artistique actuelle, qui rendent ses œuvres profondes d’autant plus étranges et précieuses.

Ainsi que l’artiste le dit lui-même, ses productions artistiques « sont autant d’irruptions de la conscience collective », lui permettant de participer « à l’équilibre entre les représentations de Vie et de Mort. »

Daria de Beauvais. Commissaire de l’exposition


L’exposition s’est tenue du 4 avril au 17 juin 2012 à la Galerie Saint-Séverin

Biographie
Julien Salaud est né en 1977, il vit et travaille à Orléans. 
Il interroge par sa pratique les liens, les forces et la symbolique qui unissent l’homme à la nature. Il s’intéresse autant à la survie des espèces animales et végétales en voie de disparition qu’à la fabrication de créatures célestes, chimères faites d’oiseaux et d’insectes. Il compose ainsi un bestiaire magique – qui nous permet de faire face à un retour du règne animal, puissant et mystérieux.

La Chapelle des Calvairiennes a accueilli début 2012 sa première exposition personnelle d’importance, « Histoires d’aviation », tandis que le Palais de Tokyo lui a passé commande d’une installation in situ, « Grotte Stellaire », pour sa réouverture en avril 2012. L’artiste a été lauréat du Prix du Conseil Général des Hauts-de-Seine lors du 55ème Salon de Montrouge en 2010. Il a notamment participé à l’exposition « Rituels » à la Fondation d’Entreprise Ricard en 2011.

Daria de Beauvais. Commissaire de l’exposition

Blog de l’artiste

Un message, un commentaire ?


modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?





Votre message





Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.