Voir & Dire : un réseau de personnes curieuses de l’art contemporain, un dispositif d’accueil des artistes et de leurs œuvres à Saint-Merry, église du centre de Paris, un lieu d’expositions et de débats, un site internet de formation et de découvertes...


Accueil > Regarder > V&D décrypte des œuvres et des expos > Le Noir et le Bleu. MUCEM, Marseille


Le Noir et le Bleu. MUCEM, Marseille



Deux couleurs, comme l’envers et l’endroit d’une même réalité, la Méditerranée. Des questions et des réflexions fortes au nouveau MUCEM. Trois œuvres parmi d’autres aussi splendides qu’inédites.

Le Musée des Civilisations de l’Europe et de la Méditerranée est un chef d’œuvre architectural et la programmation inaugurale était à la hauteur des ambitions de la capitale européenne de la culture. Le MUCEM tient du musée de société, au risque de la lourdeur pédagogique des expos, mais aussi du musée contemporain classique avec les expos temporaires, mais ici l’équilibre tient bien. A la fois thématique, historique, culturelle, dramatique et croisant les racines des différents pays, les premières expositions sont d’une richesse inouïe.
Trois œuvres sont significatives de cette pertinence des regards et des questions. Une invitation à voir et à revoir la ville et ses musées.

Zineddine Bessaï, H-Out (The immigration guide), 2010
Il faut avoir de l’humour pour donner à voir l’aventure risquée des candidats à l’immigration ! Ce jeune artiste algérien a construit une carte-guide sur le modèle de la carte aux trésors, qui ici méritent bien leurs noms, en montrant les représentations rêvées mais lucides de la traversée de la « mort méditerranée ». Un artiste attentif à la parole des migrants, leur donnant vie dans l’humanité de leurs rêves, loin des chiffres froids des bilans médiatiques. Une œuvre qui montre la carte de France sous un tout autre jour.

Michelangelo Pistoletto, Love the Différence- Mar mediterraneo, 2003-2007
« A chaque effondrement des preuves, le poète répond par une salve d’avenir. » René Char.

Dans le bouleversement de la région, Michelangelo Pistoletto répond au repli et à la haine par l’amour des différences et construit une table en miroir de la Méditerranée. Tout autour, il y a placé des sièges tous différents, évoquant la diversité des cultures, et des tapis, pour la prière ou le repos. Parler, rêver, telle semble sa réponse.

L’œuvre est si grande et la pièce d’exposition si petite qu’on ne peut voir cette « mère miroir » sans quelqu’un d’autre s’y reflétant, le visiteur doit donc faire avec l’autre…

Joana Hadjithomas et Khalil Joreige, Circle of confusion, 1997
Une vue aérienne de Beyrouth est appliquée en 3000 morceaux sur un miroir. Quand les médiateurs sont présents, chaque visiteur peut enlever un morceau de cette très grande œuvre (3x4 m), ce qui donne une vision morcelée de la ville dans laquelle apparaît le regard des visiteurs sur une capitale toujours fragile de par ses divisions.


LE NOIR ET LE BLEU. UN RÊVE MÉDITERRANÉEN...
MUCEM-J4 / | 7 juin 2013 - 6 janvier 2014

PS :

Découvrez les nouveaux articles de Voir et Dire : un site à visiter sans modération…

Les articles de ce site vous intéressent et vous désirez recevoir la lettre mensuelle de Voir et Dire. Rien de plus simple.

Inscrivez-vous et mettez votre adresse ou encore envoyez-nous un mail sur voiretdire.net@gmail.com.

Un message, un commentaire ?


modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?





Votre message





Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.