Voir & Dire : un réseau de personnes curieuses de l’art contemporain, un dispositif d’accueil des artistes et de leurs œuvres à Saint-Merry, église du centre de Paris, un lieu d’expositions et de débats, un site internet de formation et de découvertes...


Accueil > Artistes invités > Artistes présentés antérieurement > Pascale Peyret. Green Memory


Pascale Peyret. Green Memory



Une maquette de ville, du blé qui pousse entre les bâtiments. Le cycle des expositions « COP 21 » débute à Saint-Merry. Une œuvre dans l’esprit des utopies sociales actuelles. Un défi symbolique.

Pascale Peyret est familière de Saint-Merry et ses œuvres y sont très appréciées car elles entrecroisent des axes de réflexion et des postures d’artistes auxquels les habitués du lieu sont sensibles : les grandes questions de société - ici le rapport entre la société urbaine technologique et la nature - ; les enjeux d’avenir - ceux qui vont être débattus fin 2015 sur le climat - ; l’engagement social et le care, le désir d’interactivité et d’une société de partage. On se souvient d’« Anamorphose » qui avait envahi la nef de Saint Merry pour le Nuit Blanche féérique 2013.

« Green Memory » créée en 2006, est présentée dans un espace intime à l’entrée de la nef et immédiatement accessible pour les nombreux visiteurs et touristes de l’été ; elle est enrichie par la proposition faite à ces derniers d’arroser l’œuvre.

Pascale Peyret, photographe et plasticienne, vit et travaille à Paris. Installations, photographies, vidéo, son travail questionne la mémoire du vivant, celle du règne végétal, celle des hommes à travers leurs productions manufacturées. L’artiste met en lumière l’ambiguïté des liens qui unissent la nature et l’être humain. Jouant sur la surprise et le contrepied elle interroge le spectateur sur la perception qu’il a de l’apparence des choses.

Archéologue du numérique, Pascale Peyret démonte des centaines d’ordinateurs au rebut, extrait les cartes mémoires pour les transformer en villes futuristes.
Celle qui est exposée, une maquette à hauteur d’yeux d’adultes pour mieux y entrer, repose sur des grilles de métro, d’où surgissent des blés qui poussent sous l’effet d’une lumière au sodium et d’un apport constant en eau. C’est, techniquement, de l’agriculture hors sol qui doit aboutir à une moisson si les visiteurs agissent avec diligence. L’artiste n’est pas dans la nostalgie de la culture à la charrue et à la faux, mais dans la modernité qu’elle assume sans la célébrer [1].

Green Memory est une installation hybride qui associe les composants électroniques à la croissance de grains de blé ; au milieu des constituants de notre urbanité contemporaine interconnectée pousse ce qui constitue depuis le fond des âges agraires notre alimentation. Plus tard dans la vie de cette œuvre, il semblerait que ce soit l’inverse, le blé ancien choisi par l’artiste, dont la variété est proche de celui trouvé dans les pyramides d’Égypte, offrande aux défunts pour leur voyage dans l’au-delà, a germé et peu à peu submerge la cité des cartes mémoires. Au fur et à mesure du déroulement de cette installation vivante, le blé devient plus haut que les immeubles, le sens change, la mémoire incluse dans « carte mémoire » bascule.

Pour que le blé pousse harmonieusement, il a besoin d’eau. L’artiste s’est associée à l’ ONG « 1001 fontaines » qui promeut l’accès à l’eau potable dans les pays du Sud et a rassemblé des dizaines de bonbonnes.
Ce sont les visiteurs, touristes de passage qui sont invités à faire le lien, à prendre soin de l’installation en l’arrosant à l’aide de la fontaine placée à proximité.

Le mur de bonbonnes est en lui-même une œuvre, il vient doubler le mur de pierre, avec un éclairage au sol à la Dan Flavin : une forme hybride entre un environnement minimaliste et un autel d’un nouveau type intégrant son tabernacle triangulaire [2] où se trouve la bonbonne utilisable par les visiteurs. Pascale Peyret crée une mise en scène quasi sacrée de l’eau destinée au blé.

Cette œuvre ouvre sur des questions posées dans les conférences sur le climat : la ville artificialisée ne peut oublier la nature ; il y a urgence à inventer des systèmes nouveaux pour continuer à vivre et à se nourrir ; l’artiste fait une trace poétique et appelle à en concevoir bien d’autres, techniques et politiques ; il n’y a pas d’équilibre ville-nature, s’il n’y a pas un sens social concret à tout ce qui contribue à la vie, l’eau partagée étant au centre de tout.

Il faut trois semaines pour faire une moisson de « Green Memory », la COP 21 durera quinze jours en décembre mais pour quels fruits ?

Jean Deuzèmes

Sites
www.1001fontaines.com
www.saintmerry.org
www.pascale-peyret.com


Cette œuvre est visible à Saint-Merry, 76 rue de la Verrerie, tous les après-midi du 15 juillet jusqu’au début septembre.

Merci pour le montage à
Raynald Chameret & David Rousseau / Eureau-sources
Aline, Annie, Clay, Didier, Marie-Joël, Marie-José, Marie-Louise, Michel, Miquel, Myriam, Thomas (CPHB)


[1L’œuvre de Pascale Peyret fait aussi étrangement écho à un texte de la poésie biblique :
« Que la terre jusqu’au sommet des montagnes
Soit un champ de blé :
Et ses épis onduleront comme la forêt du Liban !
Que la ville devienne florissante
Comme l’herbe sur la terre ! »
Ps 71 ; 16

[2Cette forme reprend fortuitement celle du centre du chef d’œuvre de Saint-Merry, la Gloire en bois doré.

Un message, un commentaire ?


modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?





Votre message





Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.