Voir & Dire : un réseau de personnes curieuses de l’art contemporain, un dispositif d’accueil des artistes et de leurs œuvres à Saint-Merry, église du centre de Paris, un lieu d’expositions et de débats, un site internet de formation et de découvertes...


Accueil > Regarder > V&D décrypte des œuvres et des expos > Simon Evans. Not not knocking on heaven’s door


Simon Evans. Not not knocking on heaven’s door



Palais de Tokyo <16-05-16. Première exposition en France du duo lauréat du Prix Canson 2014. Une œuvre fascinante sur papier ; une recherche virtuose, des mots en dessins. Le rationnel détourné

Simon Evans : un prénom et un nom. En fait un duo qui dessine à quatre mains, et invite le spectateur à entrer dans le labyrinthe de leur pensée créative. Mais on perd pied rapidement, tout en étant stupéfait, voire hilare.

Leur œuvre est immédiatement fascinante : des cartes du tendre ou de pays imaginaires, des diagrammes dont on ignore les phénomènes étudiés, des descriptions anatomiques d’humains ou d’animaux commentées sur le mode savant fou, philosophe déjanté, métaphysicien d’une secte joyeuse.

Simon Evans (né en 1972 à Londres, vit et travaille à New York.) et Sarah Lannan (née en 1984 aux États-Unis, vit et travaille à New York) ont donné le nom de Monsieur à ce duo, ce qui est curieux en ces temps de l’égalité des sexes.

Inutile de rechercher leur formation initiale ou ce qui a pesé dans leur trajectoire si ce n’est, peut-être, leur lien à la littérature, à la philosophie. Simon Evans a été skateboarder professionnel jusqu’au milieu des années 1990 avant de se tourner vers l’écriture de nouvelles. En 2006, il rencontre Sarah Lannan, illustratrice, avec laquelle il part vivre et travailler à Berlin pendant cinq ans.

Leur technique est d’une grande variété : elle relève du collage, du tressage, du tissage – jusqu’à la reproduction d’un tapis de prière trituré par une photocopieuse délirante-, la sculpture sur papier, —mais plate—, de l’orfèvrerie et surtout de la miniature. On ne sait pas où se termine l’exercice traditionnel du dessin et où commencent les autres genres artistiques ou décoratifs.

Ils revendiquent une subjectivité radicale pour rendre compte du monde et des travers humains. S’ils peuvent alimenter certains clichés des artistes de la côte Est des USA, leur liberté et leur agilité les placent ailleurs. Mais où ?

« Je suis heureux lorsque mes travaux interpellent l’observateur, lorsque l’on ressent l’énergie que j’y ai transférée. La question hésitante de mon père « En quoi cela est-il vraiment utile ? » m’offre la résistance nécessaire et ne cesse de constituer pour moi un fil conducteur. Honnêtement, mes travaux sont tous assez intimes, mais ils ne devraient jamais être trop personnels ou ésotériques au point de ne plus toucher ceux qui se donnent la peine de les regarder [1]. »
Chaque œuvre, parmi la vingtaine présentée dans cette exposition, mériterait un commentaire et une explication sans que l’on puisse pour autant garantir trouver une explication rationnelle. Les artistes se situeraient éventuellement dans la filiation de Georges Perec et de l’Oulipo, ce jeu sur le langage, de Guy Debord et des situationnistes avec leur géographie hallucinée des villes parcourues à pied. Certains récits probablement autobiographiques déclenchent le rire, parfois jaune. Mais l’affichage de leur subjectivité crée le doute, ils offrent moins des autoportraits que des nouvelles en dessin. Les mots, les tressages se combinent avec des objets et des assemblages au scotch et constituent autant d’écritures qui nous emmènent dans l’imaginaire le plus débridé.

Certaines cartes empruntent à la représentation traditionnelle tout en semblant passer par un mixer localisé dans le cortex. La miniaturisation de mots dessinés de manière totalement régulière est, quant à elle, le support de formes artistiques : des disques, des paysages de montagne, des fleuves sauvages. Comment ne pas penser aux poésies d’Apollinaire dessinées en forme de bouquets ? C’était il y a un siècle !
L’affiche d’entrée dans l’exposition est dans le même esprit, la main tremblante de la commissaire ayant écrit un texte quasi illisible, mais qui donne une clef de lecture possible : « Ils esquissent avec poésie, humour et parfois une certaine angoisse les contours d’une géographie mentale écrite à quatre mains. Dans la continuité de William Burroughs [2](1914-1997) qui expérimentait l’emploi des mots par la technique du cut-up et pour qui le langage était un virus, les deux artistes ordonnent les multiples éléments du visible.… »
Jean Deuzèmes


[1Catalogue de l’exposition au MUDAM (Luxembourg)

[2Le poète américain parlait de cet auteur subversif comme du « plus grand écrivain satirique depuis Jonathan Swift », l’auteur de Robinson Crusoé. Lire

Un message, un commentaire ?


modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?





Votre message





Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.