Voir & Dire : un réseau de personnes curieuses de l’art contemporain, un dispositif d’accueil des artistes et de leurs œuvres à Saint-Merry, église du centre de Paris, un lieu d’expositions et de débats, un site internet de formation et de découvertes...


Accueil > Artistes invités > Artistes présentés antérieurement > Wangfei Qu, Michaël Duperrin, César Delgado Wixan


Wangfei Qu, Michaël Duperrin, César Delgado Wixan



Novembre 2010. Exposition photographique d’automne

Wangfei Qu

Lieu d’exposition : Claustra

Soudain vide…

Wangfei Qu

Les paysages de Wangfei Qu sont vides.

Une infinité de ciel, d’eau, de terre…et soudain l’on découvre un humain, puis un autre, un peu comme des jouets abandonnés ou des pantins, ils sont assez raides, hiératiques, posés comme les cailloux qu’elle transforme en sculptures totémiques.

Ces petits personnages, extrêmement minuscules, perdus dans le théâtre du monde, ont alors une présence immense quand on les a découverts alors on ne voit plus qu’eux ; on les observe à la dérobée.

Le spectateur est un peu gêné devant ses grands paysages, il est presque abandonné, car les petits humains de la photo nous ignorent, ils semblent isolés, s’observent, parfois se scrutent, ne semblent pas communiquer entre eux, mais seulement avec cette nature majestueuse, grandiose et aussi terrifiante. c’est cela qui me touche dans les photographies de QU Wangfei

Annette Messager, mai 2009

Michaël Duperrin

Lieu d’exposition : Chapelles latérales

En son absence

Duperrin

« En 2005, ma grand-mère est tombée malade. La sachant à la fin de sa vie, j’ai voulu faire une dernière chose avec elle. Je lui ai proposé de l’accompagner à Lourdes, où elle avait fait le vœu d’aller en pèlerinage. Mais elle est morte avant la date que nous avions fixée pour cela. J’ai alors décidé d’aller à Lourdes, pour elle, avec mon appareil photo. En son absence est le creux du tombeau que je lui dresse. »

Devant la grotte les tensions des vivants s’expriment par leurs mouvements, leurs visages, leurs mains. Le noir et le blanc, la taille des photos sur de grandes toiles tendues accroissent la force des quêtes intérieures et anonymes. Un photographe témoin de l’émotion la plus profonde et parlant de la sienne aussi.

César Delgado Wixan

Lieu d’exposition : Crypte

Suaire

Degado
Le Saint Suaire de Turin porte la trace d’un corps supplicié sur un tissu dont l’origine pose question. Que sait-on de cet homme ? À quoi nous renvoie-t-il ? À la figure du Christ ?

En photographie, comme en peinture, il nous est présenté des figures, des portraits qui témoignent tout à la fois du sujet, de l’époque, de l’interprétation de l’artiste. Tout est construit selon des codes ou des intentions auxquels le visiteur est diversement sensible.

Mais quand il s’agit d’autoportrait, l’artiste va plus loin : il se livre aux regards des autres et prend le risque du dévoilement, de se mettre à nu.
César Delgado Wixan adopte cette démarche au sens littéral. À la manière de Bacon, la lumière creuse sa chair et lui permet de parler d’états psychologiques qui sont les siens.

C’est en fait sur le registre de l’abstraction et non de la figuration qu’il s’interroge et nous avec lui. À quels tumultes intérieurs, à quelle figure cette œuvre peut-elle nous renvoyer ?

{}

Un message, un commentaire ?


modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?





Votre message





Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.