Voir & Dire : un réseau de personnes curieuses de l’art contemporain, un dispositif d’accueil des artistes et de leurs œuvres à Saint-Merry, église du centre de Paris, un lieu d’expositions et de débats, un site internet de formation et de découvertes...




Accueil > Regarder > V&D décrypte des œuvres et des expos > Arles et Perpignan. La photo et ses formats


Arles et Perpignan. La photo et ses formats



Comment l’adoption de certains formats modifie-t-elle la perception en photographie ? Une réflexion comparative.

Perpignan

L’été est propice aux festivals artistiques. Chaque ville se spécialise dans une approche thématique déclinée dans des bâtiments les plus divers.
Arles >>> et Perpignan>>> élaborent ainsi des mises en scène très différentes de la photographie dont les règles influent beaucoup sur la perception.
Jean Verrier aborde cette question sensible sous l’angle des formats.

Arles

En ce mois de septembre 2018, quand on va d’Arles à Perpignan, de la 49ème édition des Rencontres internationales de la photographie au 30ème Festival international du photojournalisme « Visa pour l’image », une chose toute simple saute aux yeux . Les photos exposées à Perpignan respectent toutes le même format modeste, même celles du Off, à la cathédrale Saint-Jean comme à la Maison de la CGT. Tandis qu’à Arles on saute d’un 6x9 aux très grands formats, et la déambulation dans des lieux très différents offre aussi des salles obscures où des films sont diffusés en boucle.
Photojournalisme à Perpignan, exploration la plus large possible, à Arles, de toutes les potentialités du média photographique sur des thèmes très variés. Certes, ici comme là notre monde n’a pas beau visage : famines, guerres, catastrophes climatiques… mais, à Perpignan, l’unité des présentations et les légendes au bas de toutes les photos qui racontent une histoire donnent à « Visa pour l’image » une sorte de réserve, de gravité, d’humanité, absentes de plusieurs expositions arlésiennes dont le thème paraît alors, par comparaison, bien futile.
Et la Beauté, dont on dit qu’elle sauvera le monde ? Un enfant qui meurt de faim peut-il être le « sujet » d’une « belle » photo ?

Jean Verrier


On peut aussi se reporter à un article de V&D sur un photographe de guerre, James Nachtwey, dont l’accrochage pose d’autres questions :
http://www.voir-et-dire.net/?James-Nachtwey-Memoria

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.