Voir & Dire : un réseau de personnes curieuses de l’art contemporain, un dispositif d’accueil des artistes et de leurs œuvres à Saint-Merry, église du centre de Paris, un lieu d’expositions et de débats, un site internet de formation et de découvertes...




Accueil > Événements > À Saint-Merry > Daniel Van de Velde. Nuit Blanche 2018


Daniel Van de Velde. Nuit Blanche 2018



6 octobre 2018. "Danse avec les arbres". Nuit Blanche à Saint-Merry. La grande nef accueille quinze grands arbres à terre ou suspendus à la voûte. Délivrés de leur densité, ils s’élèvent. Cosmique, poétique et beau.

Daniel Van de Velde, sculpteur d’arbres et poète, a placé quinze arbres en procession dans la nef de l’église Saint-Merry. Il s’agit bien d’arbres, non comme on a l’habitude de les voir, mais sans branches ni racines, seulement avec leur fût, dans un minimalisme expressif. Ils ont été abattus par une tempête, et non de main de l’homme, puis segmentés et évidés. Seuls subsistent les derniers cernes de croissance, leur mémoire la plus récente. Ils sont suspendus dans la nef ou posés sur le sol de l’église, une création musicale les célèbre. Des arbres en majesté, tels des gisants qui se relèvent. Des sujets de nature à protéger.

"Danse avec les arbres" restera visible le jour, aux horaires d’ouverture de l’église (à partir de 13 h), jusqu’au 14 octobre.

L’arbre est un sujet récurrent dans les expositions de Saint-Merry. Qu’on se rappelle en 2010, "Forêts">>> d’Éva Jospin ou précédemment>>> ou encore l’exposition d’été 2013>>>. Mais, pour cette Nuit Blanche 2018, l’arbre dialogue avec l’ensemble de l’architecture et se laisse voir avec un autre regard, celui du poète.

Daniel Van de Velde. Danse avec les arbres, Nuit Blanche 2018 à Saint-Merry from Voir & Dire on Vimeo.

Daniel Van de Velde, le sculpteur poète

Le dossier de V&D sur l’art contemporain et l’arbre (lire V&D >>>) accompagnant cette Nuit Blanche, montre qu’il est très difficile de faire le lien entre les deux termes sous forme d’une typologie, car entre les deux se trouve l’artiste dans sa singularité. Alors, on tente de rapprocher les œuvres par les formes ou l’esprit des créateurs, mais on s’y perd vite. Ainsi avec Daniel Van de Velde qui manie autant les mots que les gouges, outils de l’artisan du bois : il creuse pareillement le bois et la parole, chaque fois de manière différente.
Il n’est pas neutre de découvrir qu’en 2015 l’artiste avait produit « Fréquences d’apparition » pour la Biennale internationale de Poésie Visuelle d’Ille-sur-Têt dans les Pyrénées Orientales et qu’il est le cofondateur d’une revue biennale de poésie expérimentale au nom étrange et presque provocateur, NUIRe. (Lire l’éditodu premier numéro de 2016). De la même manière que, dans la poursuite des Avant-gardes, ce groupe de poètes cherche à extirper la langue de sa gangue culturelle, Daniel Van de Velde cherche à décentrer l’homme dans ses rapports à l’arbre, à le faire vaciller dans les certitudes de son regard.
Il n’est pas neutre non plus de savoir que l’artiste a produit Les transitions narratives, un livre poétique en 160 séquences où deux arbres dialoguent sur deux fois 400 ans avec un interlocuteur indéfini et multiple parlant de lui-même, de ses rapports au monde, à la nature. Des phrases courtes se succèdent les unes aux autres dans des registres différents. Les ingrédients des sculptures de l’artiste (le temps, la matérialité essentielle) se trouvent aussi dans ses textes.

L’œuvre, une transfiguration matérielle

« Danse avec les arbres » est une œuvre vaste, légère, heureuse. Comme le suggère le titre, c’est une invitation à un corps à corps entre les humains et l’arbre, saisi comme un élément vivant. On peut percevoir l’œuvre, sans pour autant s’en emparer ou l’instrumentaliser, en trois actes : la délimitation de segments de tronc, leur ordonnancement pour évoquer un fût comme on ne l’a jamais vu, la disposition in situ.

Chaque segment élémentaire provient d’un arbre tombé sous la tempête, l’incendie, la foudre. L’artiste choisit ce qu’il va garder pour l’intérêt de la forme, puis la découpe en longueurs égales. Il exalte les derniers moments de la vie d’arbre, trouvé à terre. En creusant l’intérieur, il le vide de la pesanteur des ans et ne garde que les derniers cernes, témoins de l’âge et de la jeunesse. L’arbre subit une première transfiguration, il abandonne son inertie de matière et devient léger. Il peut être porté par des humains, touché, caressé.

Les segments sont ensuite assemblés en laissant un vide entre chacun. Le rythme régulier tient de la partition de musique, le vide renvoyant aux silences, à la manière des œuvres du musicien minimaliste John Cage, dont NUIRe se dit proche. Ce vide renvoie à celui de l’intérieur. Pour l’artiste, c’est le lieu du potentiel, comme chez l’homme. « À de la masse, de l’inertie se substitue un vide qui révèle l’énergie nécessaire à la croissance de l’arbre sur un certain laps de temps. » L’éclairage des œuvres produit des jeux d’ombre autour des segments et révèle splendidement ces vides.
La recomposition dans une forme nouvelle, sans branches, sans racines, se distingue de l’arbre initial, en dehors de la verticalité assignée par les représentations occidentales traditionnelles. Daniel Van de Velde prend en considération tous les paramètres du sujet arbre, il dit qu’il l’écoute, qu’il communique avec lui, avant de lui donner une inclinaison. « La pensée incline. Sans crier gare, en des lieux et des temps incertains, elle change brutalement de direction, parfois de façon infime » affirme Michel Serres .
Georges Perec parle de clinamen : « Nous avons un mot pour la liberté, qui s’appelle le clinamen, qui est la variation que l’on fait subir à une contrainte... »

Le dernier acte de création tient à l’organisation du in situ : organiser les arbres entre eux, leur donner une orientation en rapport avec l’environnement du lieu.
C’est la première fois que l’artiste, agnostique mais familier de la culture protestante, avait à s’installer dans une église aux échelles et contraintes si particulières (par exemple être compatible avec les célébrations).
Il a opté pour un point de fuite : une gloire en bois doré du XVIIIe, un des chefs d’œuvre qui axe l’église.
Il a opté pour un mouvement d’ensemble, l’élévation, en écho à ce qui s’affirme en termes de foi dans ce bâtiment.
Les troncs sont liés aux autres, chacun à sa manière, et non pas selon un ordre militaire.
Par leur vide interne, d’où l’on peut apercevoir la gloire, ou une triangulation rouge vif qui en reprend le dessin central, les points de vue sont différents.
Aucun tronc, quelque soit l’angle visuel, n’occupe une position centrale. Position ferme de l’artiste : celui qui regarde doit être décentré pour voir.
Daniel Van de Velde avait fait un premier dessin de localisation, mais jusqu’au dernier moment, il n’a eu de cesse de déplacer les troncs pour rendre plus justes leurs rapports entre eux.
Il a agi comme un poète qui segmente ses phrases et choisit les mots.

Un sens, des sens

Après avoir transfiguré les arbres, par morceau, par ensemble, il a transfiguré l’église en offrant des points de vue très divers.

De la position esthétique, on passe aisément à des questions de sens (avec sa triple acception : orientation, émotion sensuelle, signification humaine et religieuse) et cela alors que la foule s’infiltre au milieu des quinze sujets pour les rencontrer. Hommes et arbres sont dans des face-à-face de vivant.

Sans nul doute, l’artiste imprégné de nature, nourrit, à sa manière, la pensée sur l’écologie, mais son œuvre ne relève ni du combat, ni du militantisme. Son approche est poétique et vitaliste, son admiration pour François, et ce qu’il désigne comme" la révolution de Laudato Si", en est un signe. Lui, le poète agnostique, aurait pu y adjoindre : « Toi, le frère arbre, etc ».

La musique Live (accordéon et percussion sur les troncs) relève aussi du vivant comme son nom le signifie.

L’œuvre est un grand moment de liberté voulu par Daniel Van de Velde, poète visuel, passionné, à l’empathie immense, au verbe dense.

Jean Deuzèmes

Lettre de l’artiste à la communauté de Saint-Merry, avant l’installation.

JPEGJe suis l’artiste qui va intervenir à Saint-Merry lors de la Nuit Blanche 2018. J’habite le Var et je suis sculpteur, je travaille partout. Mon matériau de prédilection est le bois parce que, sur terre, c’est le juste milieu entre l’air qui est le plus léger et le mercure qui est le plus lourd.
En sculptant, je reviens aux fondamentaux de la sculpture. Sculpter vient du latin scalpere qui veut dire retirer. Je creuse, j’évide. Quand je vois un tas de bois, un tronc débité en morceaux, c’est plus fort que moi, je sens un besoin irrépressible de retrouver la forme initiale du tronc.
Je prends chaque tronçon comme s’il s’agissait de la pièce d’un puzzle et je reconstitue le tronc. Puis sur la tranche de chacun, je mets à jours quelques cernes annuels de croissance. Ensuite, je creuse, j’évide le tout, en ne laissant que les cernes de croissance sélectionnés. Mon énergie d’artiste rejoint l’énergie nécessaire à la croissance de l’arbre sur quelques années. J’insiste, je récupère des tronçons, je n’ai jamais fait abattre d’arbre pour réaliser une œuvre.

À Saint-Merry, il ne s’agira pas, pour moi, d’en mettre plein la vue, mais plutôt d’œuvrer avec une certaine forme d’humilité. En tenant compte de la spécificité architecturale du bâtiment et la valeur qu’il a pour chacun de vous.
Mon installation consiste simplement à inviter les arbres, ici segmentés et évidés, allégés, d’allure spectrale à traverser l’église en passant par la nef centrale, le temps d’une manifestation. Ils seront de différentes tailles, de différentes essences. Ils iront comme pour une procession. Laissons une place, en chacun de nous, pour que l’arbre nous revienne et nous dévoile à nous-mêmes comme étant de quintessence terrestre. C’est un peu le sens du message du pape dans Laudato Si. Prendre acte du fait que la mesure humaine n’est rien sans la mesure terrestre qui conditionne notre existence.
Je remercie d’avance celles et ceux qui parmi vous prendront part à cette aventure. Je serai sur place dans l’église du lundi 1er octobre au vendredi 5 octobre. Nous pourrions imaginer de prendre du temps pour nous réunir et parler. Je voudrais remplir le sol de l’église de feuilles mortes [1]. Nous pourrions le faire ensemble. Par ce geste artistique, adoucir, assourdir l’espace et nous rendre sensibles à nos démarches individuelles. À notre impact sur ce qui relève de la vie.
Qui suis-je, que suis-je à marcher ainsi dans des feuilles mortes qui tôt ou tard forment l’humus ? Terme à partir duquel le mot homme prend corps.

Daniel Van de Velde
7 septembre 2018
http://www.devande.net

Troncs avant leur départ

Organisation de la Nuit Blanche 2018
Créations Sonores : Arnaud Nano Méthivier - Lucy Dixon
Agent : Nathalie Vandeveld
Lumière : Paolo Gérard
Régie : Thomas Monnier
Commissariat : Michel Micheau (Voir et Dire)

Voir et Dire, un réseau sur l’art contemporain, pour le comprendre et l’apprécier.

Retour page d’accueil et derniers articles parus >>>

Recevoir la lettre mensuelle de Voir et Dire et ses articles ou dossiers de commentaires d’expositions, abonnez-vous >>>
Merci de faire connaître ce site dans vos propres réseaux.


Nuit Blanche 2018 à Saint-Merry
74 rue Saint-Martin, Paris 4ème
6 octobre 2018 (19h30 - 2h)


[1Cela n’a pas été possible, car du fait du dérèglement climatique, les feuilles n’étaient pas encore tombées à cette époque.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.