Voir & Dire : un réseau de personnes curieuses de l’art contemporain, un dispositif d’accueil des artistes et de leurs œuvres à Saint-Merry, église du centre de Paris, un lieu d’expositions et de débats, un site internet de formation et de découvertes...




Accueil > Regarder > V&D décrypte des œuvres et des expos > Enzo Certa et Cassandre Rain. Un Come Back Annuel


Enzo Certa et Cassandre Rain. Un Come Back Annuel



Crèche à Saint-Eustache 2019. Une expérience de création à quatre mains, faite de construction et de déconstruction où l’inachevé fait partie des codes, à côté de la douceur et du truculent.

Chaque année, Saint-Eustache met au concours la fabrication de sa crèche auprès des élèves des Beaux Arts grâce à du mécénat. Une fois encore, le jury a retenu une œuvre à quatre mains. Réalisée par Enzo Certa et Cassandre Rain, elle répond à la demande : « non pas une crèche, mais une œuvre en volume sur le thème de la Nativité ». Les artistes se sont partagé les tâches, passant de l’esquisse à la peinture, puis au collage sur panneau de bois et à la découpe, avant de réaliser une installation de personnages plain pied, comme dans un diorama d’un siècle passé.
L’installation complexe revisite donc les codes classiques des scènes de la Nativité avec une écriture contemporaine.

Il y a de l’exubérance baroque mâtinée de classique, du populaire et du savant, dans cette manière de concevoir une œuvre réalisée dans l’urgence, du dessin à la mise en scène.
Les artistes font feu de tout bois et puisent chacun avec ses méthodes dans les styles du passé, avant de construire leurs propres codes.
Joyeux, festif comme dans toute naissance.

Enzo Certa mémorise ses références culturelles puis les fait exploser avec truculence et brutalité, sur un mode quasi expressionniste. Ses esquisses au fusain expriment l’urgence de sa pensée. Il donne du corps à ses idées.

Cassandre Rain est plus délicate, subtile, adepte de l’aquarelle et des sujets qui passent par des recherches dans les catalogues et ouvrages. Ses animaux sont séduisants.

Lui était dans l’incapacité d’aborder la peinture de la Vierge Marie (« trop difficile ») mais était à l’aise avec des personnages masculins, puisant dans les visages populaires caravagesques, introduisant son autoportrait sur le mode d’Ensor : la vie est un carnaval, sa nativité joyeuse aussi.
La division du travail entre les deux artistes s’est ainsi faite sur le respect de sensibilités différentes. Leur œuvre commune apparaît comme le résultat d’essais, de discussions passionnées sans construction préalable.

Après les esquisses, ils ont agrandi leurs personnages sur de grands papiers, puis les ont collés sur des panneaux de bois.
JPEGLe déconstruit est survenu alors par le découpage des éléments dessinés. Leur intuition a été guidée par une fresque de l’église dont on ne sait si l’incomplétude tient à l’arrêt du geste du peintre ou à la dégradation du temps.

Les morceaux aux formes très différentes ont ensuite été mis debout, puis positionnés pour donner un rythme.

Le résultat témoigne du souci des artistes de s’accorder, comme dans une co-location. Celle-ci est située dans un espace de l’église très différent des autres années, abritée par l’immensité des voûtes de l’église.
Tout est fait pour attirer le regard quand on tourne autour de cette interprétation expressive de la nativité, naïve et savante, comme cette tête d’âne dont on ne voit que l’envers dans un premier temps.

En regardant cette scène de théâtre, parsemée de paillettes figurant les cadeaux, on hésite : est-ce la manifestation de l’inachevé, le résultat de la traditionnelle charrette des Beaux-Arts où les retouches se font jusqu’à l’heure du vernissage [1], contrainte suprême ? Ou est-ce un mélange de genres les plus divers, un Baroque réinterprété ?

Et pourtant, l’œuvre qui semble partir dans tous les sens se tient bien, s’appuie sur les colonnes (symbolique traditionnelle du mystère de l’Incarnation) de pierre : elle incite au recueillement paisible et souriant.

Le titre « Un Come Back Annuel » tient-il de l’auto-dérision contemporaine des artistes ou de leur désir de reprendre une autre année leur inachevé voulu ?
Jean Deuzèmes

Enzo Certa
Né en 1989, Enzo Certa est diplômé des Beaux-Arts de Paris en 2019 (atelier de peinture Tim Eitel). Ses oeuvres font partie de la collection Colart et de celle d’agnès B. Dans son travail, l’artiste développe une esthétique séductrice et décorative, et joue avec la théâtralité du trait, pour affirmer une artificialité de la peinture, et de l’art en général, face aux grands enjeux de notre époque.
Cassandre Rain
Née en 1993, Cassandre Rain est diplômée des Beaux-Arts de Caen. Elle travaille principalement le dessin et la peinture sur papier, en s’intéressant à la ligne, la couleur et à la figuration évocatrice, plus que narrative.


[1« Un mois pour faire une œuvre était trop court pour nous permettre de prendre du recul. » nous a confié Enzo Certa.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.