Voir & Dire : un réseau de personnes curieuses de l’art contemporain, un dispositif d’accueil des artistes et de leurs œuvres à Saint-Merry, église du centre de Paris, un lieu d’expositions et de débats, un site internet de formation et de découvertes...




Accueil > Artistes invités > Le Socle > Morag Myerscough. A NEW NOW


Morag Myerscough. A NEW NOW



Un entretien. Une installation positive, éblouissante, dans sa forme et sur le fond, est installée sur le Socle (octobre 2020-février 2021). La première œuvre en France d’une designeuse-architecte londonienne, l’expression d’une nouvelle esthétique. Un appel à construire ensemble l’après COVID.

Forte et audacieuse, cette première œuvre en France, éclate par ses couleurs et par sa forme jusqu’en janvier 21. L’artiste anglaise Morag Myerscough, figure majeure du nouveau mouvement « New London Fabulous », a choisi d’envelopper précieusement tout le socle avec des panneaux peints accrochés à un échafaudage.
Cette structure tient de la tour ( 8,5 m de haut), transforme tout l’espace avoisinant et semble interpeler la masse grise et blanche de l’église Saint-Merry récemment restaurée. Mais dans la période trouble de la COVID, c’est en fait le public que l’artiste interpelle.
« Chaque jour apporte de nouveaux défis ; nous devons y répondre maintenant et construire un nouvel avenir pour notre planète. Si nous l’abordons de la bonne manière, il sera meilleur que celui que nous avions avant la crise » confie Morag à 6M3.
Cette installation, poétique et populaire, fait écho aussi à l’imaginaire de tous ceux qui attendent la reconstruction de Notre-Dame et de sa flèche.
C’est une prouesse de conception mais aussi de montage technique pour l’équipe de 6M3 qui en est la productrice.

En partenariat avec Layher échafaudage et avec le soutien de la Ville de Paris.

«  Rendre heureux ceux qui sont proches et ceux qui sont loin viendront  »

tel est le mantra dans toute l’œuvre si vaste de l’artiste londonienne.

Née à Londres, où son petit atelier est établi, Morag Myerscough a toujours vécu en ville et a été fascinée par la façon dont les couleurs et les mots peuvent changer l’environnement urbain et la perception des espaces. Ses œuvres réenchantent les lieux et euphorisent toutes celles et ceux qui les voient, les côtoient, ou y vivent. Elle sème ses installations pour des durées variables dans le monde entier ; elles sont immédiatement reconnaissables.

Scène de rueElle est inconnue en France, alors qu’elle bénéficie d’une reconnaissance croissante en Grande-Bretagne : en 2019 par la fameuse Université Arts London [1] dont elle en sort diplômée en 1986, et en 2020 par l’ordre des Architectes britanniques. En effet ses œuvres tiennent à la fois de l’installation, de l’architecture, de l’aménagement intérieur. Pour elle, tout est design.
Son approche est fondée sur l’usage à la fois débridé et maîtrisé de la couleur, appliquée à des supports existants mais aussi à des structures qu’elle créée, comme celle spécialement conçue pour la placette à côté de l’église Saint-Merry.
La couleur n’est pas dissociable des mots et textes qu’elle intègre à ses œuvres, après les avoir choisis en fonction des lieux, des publics et de la commande. Ils nourrissent son inspiration.

Ses interventions ont une visée sociale et politique : retisser les liens sociaux, donner de la joie de vivre, construire des projets non pas en fonction simplement des lieux mais des publics auxquels ils s’adressent : ici un hôpital d’enfants, là un parking, là encore un festival célébrant l’amour, une bibliothèque, un restaurant. Cette artiste prolixe, travailleuse acharnée, se saisit de tout ce qu’on lui propose et qui lui semble générer une dynamique sociale inclusive. Il n’y a pas de limite à son art, elle renouvelle le design par une approche transversale, comme l’artiste Grayson Perry. Il ne s’agit pas de « fun », mais de « joy » à partager à communiquer.

L’œuvre conçue à la demande de 6M3 entend dynamiter la question angoissée de l’Après COVID. Son origine puise dans le temps du confinement où l’artiste a consigné 51 phrases (une par jour)et dont elle a privilégié l’une d’entre elles, A NEW NOW, pour son caractère volontariste partageable par tous :

Extraits
Lire des histoires pleines d’émotion
Faire preuve de volonté
Aimer le soleil sur mon visage
Ne pas gaspiller cette pensée
Danser au soleil
Rire de joie
L’appartenance à un même groupe
Rendre heureux ceux qui sont proches
Optimiste et fantastique
Heureux de mon mur peint
Vivace
Aimer la chaleur rayonnante
Faire un nouveau maintenant
M’accompagner jusqu’au bout
Voir à travers
La tête au soleil les pieds à l’ombre.

A NEW NOW est aussi un clin d’œil à un enjeu patrimonial du moment à Paris : la reconstruction de Notre-Dame et de sa flèche, d’où la forme, les escaliers, les rubans suggérant la forme conique architecturale de Viollet-le-Duc et cela devant Saint-Merry, église du XVIe, appelée aussi la « Petite Notre-Dame », car elle avait été confiée aux chanoines de la cathédrale en 1010 et construite au XVIe sur un principe architectural analogue : une nef aussi longue que le chœur.

Une œuvre fondamentalement optimiste, incitant à prendre ensemble son avenir en main.
Une œuvre altruiste, sociale et politique.
Very Exciting

Jean Deuzèmes

L’installation A New Now a été montée dans le cadre d’un partenariat avecLayher France la compagnie d’échafaudage. Merci.

Entretien avec l’artiste

6M3 A New Now est une installation très surprenante en France. Comment la définiriez-vous ?
Morag Myerscough : Nous traversons un changement sismique tout en vivant un nouveau monde dans lequel nous devons apprendre à naviguer. Au Royaume-Uni, il existe une expression "une nouvelle normalité". Mais j’ai toujours détesté le mot "normal".
Ma réponse à l’époque où nous vivons est que l’avenir est très incertain et que nous devons nous adapter à ce "NEW NOW". Chaque jour apporte de nouveaux défis et nous devons y répondre maintenant et construire un nouvel avenir meilleur pour notre planète.
Avec « A NEW NOW » à Paris, j’ai voulu faire une œuvre qui réagisse à l’époque que nous vivons. Les formes sont plus disruptives et moins ordonnées que ce que je fais habituellement, je voulais briser l’ordre. J’espère que les gens verront l’œuvre comme un phare de positivité, considéreront qu’il est normal de vivre dans le MAINTENANT et de faire en sorte que chaque minute compte. Construire un nouvel avenir que nous ne pouvons pas prévoir, mais si nous l’abordons de la bonne manière, il sera meilleur que celui que nous avions avant la crise.
Voir nombreuses photos et vidéos sur le parcours de l’artiste :
https://www.moragmyerscough.com/things/my-belonging
https://www.moragmyerscough.com/things/we-make-belonging

6M3 Quelle signification voulez-vous que les visiteurs donnent à cette œuvre dans un espace public ?
MM : J’espère que les gens verront cette pièce comme un phare de la positivité qu’il est correct de vivre dans le MAINTENANT.
J’aime le fait que mon travail est comme des fleurs aux couleurs vives qui surgissent soudainement dans l’architecture urbaine souvent grise, s’épanouissent pendant un certain temps puis disparaissent sans laisser de traces.

6M3 Votre œuvre fait référence à Notre-Dame qui n’est pas très loin. Pourquoi ?
MM : Ma réponse a été de faire une très grande pièce en bois comme l’ancienne flèche qui a brûlé.
Il était important pour moi que l’on puisse se rendre à l’intérieur de la structure pour ressentir la lumière que la flèche en ruban faisait et la sensation de calme et de tranquillité que l’on ressent lorsqu’on entre dans une cathédrale ou une église. [ NB pour des raisons techniques de montage autour du socle, 6M3 a malheureusement été amené à renoncer à l’option d’entrer dans la tour]

6M3 Où souhaitez-vous que votre œuvre aille après son séjour sur la placette de la rue du cloître Saint-Merry ?
MM : Ce qu’il advient de mon travail compte beaucoup, car lorsque l’œuvre temporaire est jetée, cela endommage l’environnement. J’utilise des échafaudages, car ils se montent très vite puis retournent au fournisseur. Je fais souvent don de mon travail à des écoles ou à des centres communautaires qui ont besoin de couleurs et de motifs pour améliorer leur environnement. Lorsque ce n’est pas possible, je garde les panneaux et je les réutilise dans de nouveaux projets. Cette pièce a été peinte uniquement par moi, sans aucun assistant en raison du COVID [ NB : généralement elle fabrique ses œuvres avec son compagnon artiste Luke Morgan] et je suis donc très enthousiaste à l’idée de la voir aboutir dans un lieu intéressant ou de la voir revenir vers moi.

6M3 Comment vous définiriez-vous en tant qu’artiste ?
MM : Mon travail est fermement ancré dans une expérience très personnelle d’appartenance et vise à inciter les gens à appréhender différemment l’endroit où ils se trouvent.
Chaque commande de mes œuvres génère une réponse locale très spécifique. Je réalise des installations structurelles et des œuvres immersives qui transforment les lieux, soutienent un groupe, une communauté locale et favorisent l’interaction avec le public.
Nombre de mes projets sont des collaborations avec des groupes sociaux et mon objectif est de créer des œuvres dont les gens peuvent se sentir partie prenante et qui leur appartiennent en fin de compte.

6M3 Il y a une joie communicative dans votre travail. Sur ce sujet, êtes-vous en contact avec d’autres artistes, ou un autre mouvement ? Est-ce la nouvelle pop ?
MM : Mon travail est ancré dans la création d’un sentiment de joie et d’appartenance pour tous ceux qui le rencontrent. Récemment, Adam Nathaniel Furman a identifié un nouveau mouvement appelé le "NEW LONDON FABULOUS". (Lire)
J’ai toujours été une outsider et c’est donc une nouvelle expérience pour moi d’être identifiée comme faisant partie d’un nouveau mouvement.

6M3 En quoi votre travail dans l’espace public est-il différent de ce que vous faites dans les bâtiments ?
MM :L’art est pour tout le monde.
J’aime travailler à l’extérieur. Le travail que je fais est vraiment pour tout le monde. Les gens peuvent l’aimer ou le détester. Si les gens étaient indifférents, cela me rendrait triste. J’aime la façon dont les installations réagissent à la lumière tout au long de la journée et dans la nuit. J’utilise souvent de la peinture fluorescente, car il y a un moment parfait où le soleil est presque parti et où les couleurs brillent naturellement dans la lumière qui disparaît. J’aime le contraste avec l’environnement.

6M3 Si un visiteur français voulait voir d’autres de vos œuvres, que lui conseilleriez-vous ?
MM : Malheureusement, je n’ai pas d’autres œuvres en France. Mais à Londres, j’ai trois pièces permanentes que vous pouvez découvrir sur mon site :
https://www.moragmyerscough.com/commissions/power
https://www.moragmyerscough.com/commissions/siblings
https://www.moragmyerscough.com/commissions/atoll-biophilic-centrepiece

Une exposition intitulée "Belonging" est présentée à la "Gallery" de l’université des arts de Bournemouth :
https://www.moragmyerscough.com/things/my-belongin

Et une à Madrid, à Matadero - voici les liens.
https://www.moragmyerscough.com/commissions/naves-cafe-matadero

Mon site web
www.moragmyerscough.com
est souvent mis à jour ainsi cette page sur A NEW NOW
https://www.moragmyerscough.com/commissions/a-new-now

Mon instagram - une mise à jour continue de ce que je fais au jour le jour.
@moragmyerscough

6M3. Vous avez un sens de l’engagement à travers l’art, dans le domaine social, notamment dans les bâtiments. Comment vous approchez-vous du public ?
MM :La collaboration avec les gens est au centre de beaucoup de mes projets. J’apprends beaucoup en travaillant de cette façon. J’ai trouvé que travailler avec des poètes et des communautés était une façon incroyable de construire un travail en commun. Les projets ci-dessous expliquent comment je travaille et l’importance fantastique de travailler ensemble de cette manière :
https://www.moragmyerscough.com/commissions/the-club-under-my-house
https://www.moragmyerscough.com/commissions/belonging-bandstand
https://www.moragmyerscough.com/commissions/open-wide
https://www.moragmyerscough.com/commissions/love-at-first-sight

Travailler sur des projets dans les hôpitaux représente une opportunité inuoïe pour moi. Être en mesure de faire un travail qui peut contribuer au bien-être et à l’amélioration rapide des personnes est un honneur incroyable. Je travaille actuellement sur un projet pour lequel j’ai réussi à collecter des fonds afin de transformer la cour terne d’un hôpital en un "JOY Garden" :
https://www.moragmyerscough.com/things/love-joy
https://www.moragmyerscough.com/commissions/sheffield-hospital-bedrooms
https://www.moragmyerscough.com/commissions/mood-colour-tweets

Entretien réalisé par mail en septembre 2020 par Jean Deuzèmes

L’artiste (et ses coleurs ) et son chien (blanc)

Déguster la petite vidéo Instagram où l’artiste peint son œuvre en l’expliquant.


Cette œuvre est visible de jour comme de nuit au au 80 rue Saint-Martin, Paris 04, jusqu’en janvier 2021

Œuvre retenue par la Ville pour la Nuit Blanche de Paris, samedi 3 octobre 2020


[1Elle a pris la suite du Central Saint-Martins College of Arts and Design qui a formé les artistes les plus audacieux. « St Martin’s School of Art, l’invincible armada de la mode anglaise » titrait l’Officiel en 1997 !

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.