Voir & Dire : un réseau de personnes curieuses de l’art contemporain, un dispositif d’accueil des artistes et de leurs œuvres à Saint-Merry, église du centre de Paris, un lieu d’expositions et de débats, un site internet de formation et de découvertes...


Accueil > Artistes invités > Artistes présentés antérieurement > Maxim Kantor, Procession pascale. Une œuvre, un entretien


Maxim Kantor, Procession pascale. Une œuvre, un entretien



Exprimer la compassion politique et l’expérience mystique par la peinture.

Maxim Kantor est un artiste qui vient de la dissidence soviétique (« Red house ») et surgit au moment de la Perestroïka en1989. Il se différencie des autres artistes radicaux et demeure dans la peinture, le dessin, la gravure sur le mode de l’expressionisme des visages et des situations.

Il est vite distingué au niveau international et, en 1997, représente la Russie pour une œuvre politique à la Biennale de Venise. Depuis quelques années, il a enrichi ses thèmes de l’homme qui lutte dans une société violente et injuste par des œuvres religieuses très fortes. Il a ainsi opéré un virage thématique, mais c’est toute son œuvre qui est importante.

Alors qu’il fait l’objet de multiples expositions dans les galeries et musées, il n’avait jamais été présenté en France. Saint-Merry a donc été le lieu d’une grande première et pour une seule œuvre, très grande (2,5x2,2 m).

Maxim Kantor a exposé deux fois à Saint-Merry.

  • Avril 2011 : Un tableau unique Procession pascale laissé en dépôt temporaire, objet du commentaire ci-après et de l’entretien avec l’artiste.
  • Avril-mai 2012 : Une dizaine de toiles La traversée de la mer Rouge, une méditation visuelle sur les évangiles et des figures de la foi. Lire.
  • À cette occasion, Ignace Berten, o.p., a fait une conférence mettant en perspective toute l’œuvre de Maxim Kantor.Lire

Le tableau"Procession pascale" est construit de façon très dynamique, comme une vague entourant des objets centraux : une église orthodoxe (en jaune), une catholique (en rouge). Tout autour une foule immense, portant bougie pour certains, et des visages très divers qui sont en procession ; ils sont peints dans un premier plan se superposant au second plan, celui des bâtiments. La construction n’est pas sans rappeler les tableaux de Matisse, avec des plans qui se jouent de la perspective en se relèvant à la verticale, mais aussi les tableaux de Chagall avec le mouvement des corps et la dynamique spirituelle sous jacente.

Ce tableau est expressionniste par le dessin, mais aussi par les couleurs, très fortes et intenses qui accentuent le dessin et les caractères des personnages.

Alors que les œuvres politiques sont des dénonciations, voire des hurlements, ses œuvres religieuses traduisent des découvertes littéraires et des expériences intimes.

Entretien avec Maxim Kantor

Dans quelles conditions as-tu conçu Procession, une œuvre qui est d’une dynamique extraordinaire ? Quel sens privilégié de l’œuvre voudrais-tu signifier au spectateur ?

À un moment de ma vie, il m’est arrivé de traverser des moments très tristes, pour des raisons fort personnelles ; ma femme, Daria, et moi sommes allés alors à l’église. C’était une nuit de Pâques. Avec bien d’autres, nous nous sommes retrouvés à marcher autour du bâtiment de l’église en priant. Ce fut une expérience spirituelle très forte. J’ai ressenti que toute procession se déroulant sur le fond de ciel nocturne bleu foncé pouvait atteindre directement le Ciel.

Ce fut probablement ce qu’on peut appeler une émotion mystique. À ce moment, j’ai littéralement senti que toute ma douleur et toute ma tristesse se transformaient en foi.

Cette peinture emprunte à plusieurs traditions religieuses (catholicisme, orthodoxie) et de son expression en peinture. Comment as-tu puisé dans ces racines ? Quels sont les artistes qui t’ont nourri et dont les œuvres sont liés d’une manière directe ou indirecte à Procession ?

JPEG - 138 ko
Job, 2010

Je ne suis pas venu à la peinture religieuse brusquement, car j’ai débuté comme artiste de l’expérience quotidienne et j’ai passé la moitié de ma vie à peindre des sujets issus de la vie de ceux qui souffrent et luttent. J’étais convaincu que la compassion est l’un des plus importants objets de l’art. C’est plus tard, que je suis venu à comprendre que la compassion se trouve à la base même de l’art religieux.

Cependant mes racines ne se trouvent pas particulièrement dans l’art religieux. Je dirais qu’elles relèvent d’un tout autre cheminement. J’aime l’art qui a plusieurs composantes et se déploie à plusieurs niveaux, un art qui peut montrer notre vie quotidienne autant qu’un grand mystère. J’aime Van Gogh et Francisco Goya, Mantegna et Bruegel, Rembrandt et Daumier. Les icônes russes et les fresques de l’époque Renaissance sont à mes yeux les peintures les plus importantes.

Ce mouvement fait aussi penser à celui de Marc Chagall. As-tu un lien plus spécifique avec son inspiration ou sa traduction esthétique ?

JPEGEn effet il ya quelque chose qui tient de Marc Chagall, bien que je n’aie pas pensé à lui fortement. Procession pascale parle de la manière de surmonter la souffrance. Chagall m’est un pur moment de bonheur et je voudrais pouvoir être aussi heureux que lui.

Mes personnages peints dans le ciel sont-ils en train de voler ? Peut-être. Oui, mon œuvre peut rappeler des images de Chagall. Mais pas les portraits. Je ne me souviens d’aucun portrait réalisé par Chagall. Lorsque je peins des visages et d’autres sujets, je pense à de tout autres exemples.

Il y a dans la multitude des personnages des figures populaires rurales, mais aussi des contemporains urbains. Sont-ils tes amis peintres ou non ? Ta famille ? Est-ce un groupe social spécifique ?

Dans toutes mes œuvres, je représente seulement ceux que je connais bien, des personnes qui me sont chères, ma famille et mes amis proches. Je ne suis pas capable de peindre le visage d’une personne que je ne connais pas et surtout que je ne connais pas avec amour.

Ton œuvre a deux composantes : l’une est religieuse, l’autre politique. Est-ce qu’elles se rejoignent dans cette œuvre ? Sinon dans quelles autres œuvres ?

La politique est une composante importante de notre vie ; il est donc presque impossible de l’ignorer et de l’oublier. Mon attitude de compassion envers les autres m’a amené à questionner la politique. À notre époque d’hypocrisie totale, il n’est pas possible d’ignorer tout ce qui se passe dans le monde. Mais je ne suis pas un artiste politique.

Pour moi, il n’est pas suffisant de faire des déclarations politiques. Un message politique devrait d’abord être transformé en compréhension intellectuelle ; puis ensuite il devrait être transformé en symbole de confiance et d’amour, de compassion et de solidarité. Les problèmes d’aujourd’hui doivent être perçus comme faisant partie d’une vaste scène dramatique.

Cette œuvre est exposée dans une église. L’avais-tu envisagé ainsi ou plutôt pour un musée ?

Être exposé dans une église est le plus grand moment pour une œuvre. Je suis très heureux que Procession pascale puisse être exposée à Saint-Merry.

En effet, aujourd’hui si les musées sont devenus des sortes de temples, ils ressemblent de plus en plus à des temples païens.

Et qu’y a-t-il de plus important pour l’art que de participer à une prière ?

Site de Maxim Kantor


Saviez-vous aussi que Voir et Dire organise des expos d’art contemporain à Saint-Merry  ?
- En 2’ revoyez le film des 3 dernières années
- Découvrez les expos de l’année 2013
- Voir-et-dire.net : un site à visiter sans modération…
Les articles de ce site vous intéressent et vous désirez recevoir la lettre mensuelle de Voir et Dire. Rien de plus simple.

Inscrivez-vous et mettez votre adresse ou encore envoyez-nous un mail sur voiretdire.net@gmail.com.

Messages

Un message, un commentaire ?


modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?





Votre message





Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.