Voir & Dire : un réseau de personnes curieuses de l’art contemporain, un dispositif d’accueil des artistes et de leurs œuvres à Saint-Merry, église du centre de Paris, un lieu d’expositions et de débats, un site internet de formation et de découvertes...


Accueil > Regarder > V&D décrypte des œuvres et des expos > Pauline Fargue. Nul jour. // Arles 2015


Pauline Fargue. Nul jour. // Arles 2015



Prix découverte des Rencontres photographiques d’Arles 2015 : 8000 pages de carnets personnels où l’écriture se mêle à l’expression graphique, la photo étant le socle. Une performance entre l’approche intimiste et le rituel.

Qui n’a pas tenu un carnet intime ? Mais, le plus souvent, cela n’a duré qu’un temps et est demeuré secret. Les grands écrivains ont un rythme quotidien d’écriture qui est fondé sur la même exigence. Les photographes ont leur manière : Jacques Henri Lartigue a tenu toute sa vie un journal quotidien où il affichait son bonheur de vivre, ainsi curieusement que la météo ; Sophie Calle s’est racontée à l’aide de photos et de textes, en se donnant des règles du jeu pour tout contrôler (« tous les jours, je suivrai quelqu’un » par exemple), elle a surtout inventer sa biographie et fait de son intimité un quasi roman.

La lauréate du Prix Découverte [1] des Rencontres photographiques d’Arles 2015, Pauline Fargue, suit un parcours très différent ; performeuse, vidéaste, sculptrice et surtout photographe, elle manipule les images depuis douze ans et les consigne avec ses pensées sur de petits carnets tous identiques. Parce que « photo et graphie se contaminent l’un l’autre, [que] la photographie devient matière à travailler, découper, plier, traverser », comme elle le dit, cette œuvre poétique trouve pleinement sa place à Arles.
Il a fallu beaucoup d’opiniâtreté à sa « marraine » en art, Fabienne Escoulen, pour persuader l’artiste, une Parisienne de 40 ans, de rendre publique cette production éminemment intime.

Ces carnets-réceptacles remplis d’une manière serrée de mots, de pensées, de dessins, de collages, de photos font office d’archives de vie familiale, sociale, amoureuse. Un petit nombre ont été choisis et bénéficient d’une scénographie qui laisse passer un souffle créatif immédiatement palpable. Ce n’est pas une autobiographie, mais les fragments d’une vie intérieure, consignés en 8 000 pages à ce jour, pudique, dans laquelle le visiteur entre non pas comme un voyeur, mais comme un invité.

« Nul jour » : « Nulla dies sine linea », la formule est attribuée par Pline l’Ancien à Apelle, peintre de l’Antiquité grecque, qui ne passait pas une journée sans tracer une ligne. En choisissant un tel titre, l’artiste affirme sa démarche : une recherche sur elle-même et une œuvre faite d’émergences au quotidien. Un travail incessant où rien n’est défini à l’avance, mais où le crayon et le stylo dessinent des pensées au milieu de photos et d’images de toutes sortes. Cela tient de l’écriture automatique, du cadavre exquis et de la beauté convulsive chers aux Surréalistes, de l’onirisme des paysages dessinés à l’encre par Victor Hugo, du travail conceptuel/contextuel sur l’écriture de la plasticienne Ann Hamilton, et notamment de ses textes rayés à la bibliothèque de San Francisco [2] .

Le cadre minuscule de chacun des carnets contraint Pauline Fargue à resserrer sa pensée sur l’essentiel du moment présent. Puis elle passe à une autre page, à un autre carnet, sans fin apparente, un des carnets étant cependant exposé fermé. Cette œuvre tient de la miniature, tant les résultats de ces déambulations mentales sont marqués d’une sorte de préciosité.

L’alignement de petits carnets Noir et Blanc, à hauteur d’yeux, aurait pu être fastidieux s’il n’y avait ce jeu des grandes photos en couleur collées sur le mur de façon plus libre, à côté, au-dessus ou au-dessous, voire en fond.
Cet accrochage tient de la mélodie musicale, le mystère de l’œuvre en est amplifié : de très beaux visages de femmes d’âges différents, des hommes torse nu, la rondeur d’une femme enceinte, un enfant, beaucoup d’eau et d’arbres. La vie de l’artiste, sans drame apparent ? Une réflexion sur le temps qui court ? On chercherait en vain à éclairer le sens des pages ouvertes par la présence de ces grands formats ; ils sont le contrepoint à ces morceaux d’écriture, parfois rayés avec un très grand soin et non raturés comme ceux d’un écrivain substituant un mot à un autre. Les rayures deviennent dessins, plans orthogonaux de villes et côtoient photos, collages, encres.

Quelques phrases personnelles claquent et éclairent les instants de pensée qui deviennent écriture dessinée. Ainsi :

« Comment échapper à la tyrannie du visible ? »
« Dans le crâne, les plis de la mémoires craquent »

L’intime dans son étrangeté se fait alors lisible.

On abandonne assez vite la recherche du sens de chacune des pages ouvertes dont l’assemblage n’est ni chronologique (les dates sont rares), ni thématique. Ne dit-on pas de l’inconscient qu’il n’a pas de temps ? Ici les pensées émergent comme des bulles, mais avec ordre et régularité. L’antithèse visuelle des carnets d’Antonin Artaud .

Cet ensemble est une impressionnante performance artistique. Mais l’artiste ne dit-elle pas d’elle-même qu’elle est performeuse ?

Jean Deuzèmes


PS :

Découvrez les nouveaux articles de Voir et Dire : un site à visiter sans modération…

Les articles de ce site vous intéressent et vous désirez recevoir la lettre mensuelle de Voir et Dire. Rien de plus simple.

Inscrivez-vous et mettez votre adresse ou encore envoyez-nous un mail sur voiretdire.net@gmail.com.

Retrouvez les articles sur les précédentes rencontres photographiques d’Arles
Erik Kessels 2013 (>>>)
Chema Madoz 2014 (>>>)


[1Le prix Découverte est une initiative originale des Rencontres photographiques d’Arles, financée par la Fondation Luma, un concours mettant en lice tout autant des artistes que des commissaires. En effet, cinq jeunes commissaires d’exposition sont choisis chaque année, qui, à leur tour, vont présenter deux artistes et réaliser avec chacun d’eux une mini exposition, dans une seule salle.

[2En 1996, lors du passage à la numérisation du catalogue de la bibliothèque de San Francisco, Ann Hamilton, aidée de 200 personnes, avait raturé, récrit et redessiné les 50 000 petites fiches cartonnées permettant d’accéder aux livres. Ces fiches avaient ensuite fait l’objet d’une exposition mémorable.

Un message, un commentaire ?


modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?





Votre message





Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.