Voir & Dire : un réseau de personnes curieuses de l’art contemporain, un dispositif d’accueil des artistes et de leurs œuvres à Saint-Merry, église du centre de Paris, un lieu d’expositions et de débats, un site internet de formation et de découvertes...


Accueil > Artistes invités > Artistes présentés antérieurement > Béatrice Chanfrault. L’arbre des murmures‬‬‬


Béatrice Chanfrault. L’arbre des murmures‬‬‬



Première exposition 2016 à Saint-Merry. Une installation en draps tressés qui oscille entre référence ethnographique, histoire fabuleuse et figure de l’inconscient. Une œuvre conçue pour croître de site en site d’exposition. Une œuvre où l’étrange côtoie la beauté.

Comme toutes les œuvres, celle-ci a une histoire, et Beatrice Chanfrault la raconte ainsi :

« L’arbre des murmures est né à mon retour de résidence à Taïwan (novembre 2014). Là-bas pousse un arbre vénéré et légendaire surnommé “l’arbre qui marche“. Ne pouvant s’implanter dans le sol, il a développé, pour se soutenir, tout un réseau de branches racinaires. Ainsi muni de ses nombreuses cannes, il se déplace de quelques centimètres par an. Tricoté de draps anciens (déjà plus de 60), pièces d’étoffes intimes, empreintes des stigmates des humeurs corporelles, l’arbre des murmures s’élève à trois mètres cinquante et se répand au sol, cherchant à prendre racine. Il se dresse, prisonnier de ses chaînes, majestueux, immaculé, troublant. Il vibre et nous murmure, secrètement nouées, les affres des ténèbres.
Sa progression est lente, inexorable. Dans chaque lieu où il se pose, il s’étoffe davantage, nourri de rencontres, de partages, d’émotions. J’aime à penser que cette œuvre ne pourra s’achever que, lorsque devenu trop lourd de tous ses secrets enfouis, l’arbre se répandra au sol comme pour nous ensevelir. »

C’est donc dans le contexte de Saint-Merry qu’il faut aborder l’arbre des murmures.

Une œuvre qui invite à l’interprétation

Cette œuvre vient curieusement prendre la place occupée précédemment par Synapses, deux arbres hybrides en métaphore du cerveau humain, comme si le carré délimité par les quatre colonnes à l’entrée de Saint-Merry était propice à la symbolique sylvestre.
Formellement, l’arbre des murmures, avec sa frondaison, vient se mesurer aux colonnes et à la voûte des bas-côtés, le tissu blanc répondant à la pierre beige. La rigueur de l’architecture sert d’écrin à l’imaginaire d’une sculpture molle. Comme dans une mangrove, les ourlets-racines ont une imposante présence sur les dalles. Ainsi cette composition artistique s’oppose presque terme à terme à son environnement immédiat : dur/mou ; tissu/pierre ; nervure de la voûte/ étalement du tissu. De ce bel ensemble surgit l’inquiétant, probablement du fait de l’approche de l’artiste :

« Mes sources d’inspiration s’inscrivent dans un processus instinctif. Je collecte, amasse toutes sortes de matériaux inertes. Tissus, linges, cordes, racines, bois, putréfactions, fossiles, je les renverse, les emballe, les prolonge, les tricote, les brode, les déchire. Ce que je donne à voir, conduit le spectateur dans sa propre histoire, dans sa continuité, vers des récits légendaires, saisi tout entier face à l’étrangeté. »

Devant cette œuvre, comment ne pas penser à toute cette veine artistique explorée par des artistes femmes internationalement connues et utilisant les tissus et les fils de multiples manières ? Judith Scott, et ses « Objets secrets » d’art brut que l’on avait vus aux Bernardins ; Annette Messager et ses grandes installations caustiques ; Niki de Saint-Phalle et ses mariées généreuses ; ou encore Louise Bourgeois étalant ses traumas d’enfance. Chacune a puisé les substrats de ses sculptures ou installations dans l’inconscient individuel ou collectif, à partir de sa propre expérience intime ou de sa vision du monde masculin.
Mais Béatrice Chanfrault n’affiche aucun propos féministe, n’agresse personne et ne dénonce rien. Cependant, il y a du féminin dans sa manière de faire et dans sa sensibilité. L’arbre a forme humaine et ses bras sont multiples, il renvoie fortement à la vie (cordon ombilical), à la vieillesse et à la mort. Une sorte d’affection pour l’objet se mêle au difforme, le familier au bizarre. Une explication possible : Beatrice Chanfrault a soigné les corps des grands malades et des mourants. Ici l’arbre des murmures est suspendu techniquement à un cadre métallique qui, s’il demeure discret, peut évoquer un cadre clos.

L’étrangeté, la gêne possible que certains visiteurs peuvent avoir, sont liées au contraste entre la douceur initiale du tissu mais qui a vécu et la forme donnée, nouée et non lisse, ne cachant pas la silhouette des chaînes, la dégradation renvoyant aux usures du temps. L’œuvre est silencieuse alors que l’artiste, par le titre, lui prête encore un souffle et des susurrements.

L’artiste renvoie chacun à ses projections individuelles, à ses possibles cauchemars, à sa crainte de l’avenir. Mais cet inquiétant n’est pas brutal. Il puise dans l’imaginaire de la nature, d’une autre culture (Taïwan) et rejoint le nôtre plus inconscient.

L’œuvre ne fait pas peur, ce n’est ni un fantôme ni un épouvantail avec lesquels certains artistes contemporains, tel Théo Mercier, cherchent à nous effrayer et à nous amuser à la fois. Ici tout est sérieux.

L’arbre ne tient pas que par des tresses, il est aussi porté par les principes-mêmes de son élaboration : c’est une œuvre « in progress » permanent qui continue d’être tissée par l’artiste dans les lieux où cette dernière l’expose. Par des rajouts de draps, l’arbre des murmures vit et grandit tout en se déformant : sa vie se densifie à Saint-Merry avec des broderies ; il s’embellit. Symboliquement racines et traînes de mariée s’entremêlent, pesanteur et puissance de renouvellement se mélangent.

Cet arbre a de l’avenir. C’est l’artiste qui le lui donne.

Jean Deuzèmes.

Biographie de Béatrice Chanfrault

Béatrice Chanfrault vit et travaille en Champagne- Ardenne.
Elle fait partie du collectif SIMONE - camp d’entraînement artistique, installé dans une ancienne usine désaffectée. Elle est exposée régulièrement par La Maison Laurentine, centre d’art discret dirigé par Pierre Bongiovanni.
Ses oeuvres voyagent entre Taïwan (la nuit des temps), Andrésy (le Septième jour), Forbach (l’arbre à grenouilles), Langres (mémoires vives), Châteauvillain (mémoires englouties), Aubepierre-sur-Aube (memoriae, madre mia), Dancevoir (avant l’oubli) soit dans le cadre d’exposition et installations collectives, soit à l’issue de résidences.

beatricechanfrault@orange.fr
http://beatricechanfrault.wix.com/deepzone


L’arbre des murmures se laisse admirer tous les après-midi du 7au 29 février 2016
76 rue de la Verrerie, 75004 Paris

Entre le 7 et le 12 février, tous les après-midi, l’artiste continue à tisser son œuvre sur place

Un message, un commentaire ?


modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?





Votre message





Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.